Le Carnet

Voyage à travers les étiquettes de Pape Clément : Partie 9 – 1985

etiquette-chateau-pape-clement-1985Dernièrement, je vous ai parlé de mes fouilles dans les archives du Château et de la série d’étiquettes que j’ai pu retrouver.
Laissons 1970, pour parler aujourd’hui de 1985.

Au Château Pape Clément l’hiver 1985, notamment le mois de Janvier, fut exceptionnellement froid.
Dans les vignes, il est tombé près d’une quinzaine de centimètres de neige. Les températures sont par moment descendues autour de -18°c. De mémoire de vigneron on n’avait jamais vu ça !

Alors que le mois de Février démarrait avec un temps plutôt doux et plutôt agréable, tout le monde ici s’interrogeait sur les conséquences de cette vague de froid exceptionnelle pour la vigne et le vin.
Le mois de Mars, pluvieux apporta son lot d’inquiétudes, une terre trop humide ne permettant pas de donner de la vigueur aux bourgeons. Mais un mois d’Avril plutôt sec, et suffisamment ensoleillé pour permit à la vigne son bon développement.
Les mois suivants, beaux et chauds permirent à la vigne de se développer de très belle manière.
Dans nos archives elle est décrite comme étant « saine» même si par endroit on note quelques dégâts dus aux températures anormalement basses du mois de Janvier mais rien de de grave, « nous aurons un grand vin si le beau temps se poursuit ».
Les mois de Juillet et Août furent très favorables, les quelques épisodes pluvieux firent beaucoup de bien à la vigne, qui ne développa pas de maladies.

Les vendanges démarrèrent le 25 Septembre sous un temps incroyablement chaud pour la saison (30°c) pour se terminer à la mi-Octobre. Les premiers résultats des vendanges furent annonciateurs d’une grande année. « La couleur des mouts est magnifique », un constat qui peut encore se vérifier aujourd’hui.

Le millésime 1985 du Château Pape Clément est un millésime à la belle robe rouge sombre, d’une intensité exceptionnelle et délicatement tuilée, est la marque des plus grands vins. La puissance, le fondu, la suavité du bouquet sont tout à fait remarquables, des notes truffées renforcent la complexité aromatique et lui donne un éclat particulier.
La dégustation est tout à fait exceptionnelle ; l’attaque moelleuse, particulièrement longue, évolue sur un tanin fondu, affiné par le vieillissement en bouteilles. On trouve toutes les caractéristiques des plus grands vins : puissance, complexité, élégance, distinction. Ce grand vin confirme la classe exceptionnelle qu’il avait révélée dans sa jeunesse.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art du vin
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire