Le Carnet

Voyage à travers les étiquettes de Pape Clément : Partie 5 – 1948

étiquette-château-pape-clément-1948Dernièrement, je vous ai parlé de mes fouilles dans les archives du Château et de la série d’étiquettes que j’ai pu retrouver.
Laissons 1947, pour parler aujourd’hui de 1948.
En 1948, j’ai 12 ans.
En ce début d’année, tous les journaux se font l’échos de l’assassinat de Gandhi.
Dans les rues de Bordeaux, je vois apparaître les premières 2CV, une voiture qui marqua toute une génération.

A Pessac, au Château Pape Clément après une année 1947, qui s’avéra être une très grande année, (certains parlant même d’une année en tout point historique) tout fut mis en œuvre pour que le millésime 1948 soit de qualité supérieure ou équivalente au millésime précédent.

Cette année-là, un hiver particulièrement doux a favorisé une pousse précoce de la vigne, elle débuta aux alentours du 8 mars. Cette précocité n’était pas sans rappeler l’année 1937 où partout dans le bordelais la même avance fut constatée.
Une avance qui se poursuivit durant tout le mois de Mars qui, bien que particulièrement clément, n’empêcha pas le personnel du Château de craindre des gelées qui auraient été dévastatrices pour la vigne.

Pas de gelées en Avril, mais un temps pluvieux dans l’ensemble.
Lors de la première quinzaine de Mai, le temps se réchauffa et permit à la vigne de poursuivre son bon développement. Cette période plus clémente fit apparaître les premières fleurs aux alentours du 19 Mai. Le 31 Mai, tout le vignoble était en fleur.

Les mois suivants furent particulièrement pluvieux, ce qui favorisa la coulure et empêcha la fécondation des fleurs et donc la mise à fruits. Au Château Pape Clément, nous ne vîmes la première vraie journée d’été que le 20 juillet.

En 1948, les vendanges démarrent le 22 septembre, assez tardivement du fait d’une véraison et d’une maturité des grains « lentes » pour ce qui s’avéra être une bonne année.
La récolte permis de produire un vin de longue garde qui a particulièrement bien évolué. Aujourd’hui, le Pape Clément 1948 se distingue par sa finesse, son élégance et son parfait équilibre.

Rédiger cet article me fait penser qu’il faut absolument que je remette la main sur une bouteille de ce millésime… En effet, j’en ai promis une bouteille à mon ami Gérard Depardieu dont l’anniversaire est pour bientôt. Il est né le 27 Décembre… 1948.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art du vin
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire