Le Carnet

Les chevaliers de La Tour Carnet

Sur la route de Saint-Julien et Beychevelle, à un jet d’arbalète de son église, l’imposante tour quadrangulaire du Château La Tour Carnets’élève dans l’axe d’une grille monumentale. Si les épais murs d’enceinte pouvaient parler, ils nous conteraient tout le passé chargé d’histoires de cet authentique château féodal.

Ils réveilleraient au XIIe siècle le galop des chevaliers sur le pont levis, au XVIIe siècle retentirait le «tambour avec des baguettes, dont on faisait usage dans le temps de la maturité de la vendange pour en éloigner les loups et les sangliers», tandis que défileraient au XIXe siècle les heures de gloire du «classement de 1855» puis les heures sombres du Phylloxéra, avant le beau regain viticole du XXe siècle

Des racines médiévales

Ses origines se perdent dans la nuit des temps. L’un des plus anciens du Médoc, le Château La Tour Carnet fut construit au XIIe siècle.  D’abord appelé Château de Saint-Laurent, cette ancienne forteresse médiévale perchée sur les plus beaux coteaux du Médoc fut utilisée par les Anglais contre la chevalerie française, et habitée dès le XIIe siècle.

Château La Tour Carnet - Grand Cru Classé Haut-Médoc - 1eres vendanges en 1409 sous le règne de Charles VI

L’architecture du château (la fameuse tour ronde est construite au XIème siècle), de type défensif, évoque la période troublée de la guerre de Cent ans. Néanmoins le commerce des vins médocains était alors florissant et les vins du château Saint-Laurent particulièrement appréciés : en 1407, un « hogsead » de vin de ce dernier, soit environ 240 litres, se vendait 36 écus, contre quelque 6 écus pour un vin de Graves. À cette époque, « tout vin de châtelain étant tenu pour vin de qualité, il fallut placer un château au centre du domaine viticole ». Carnet avait le sien depuis deux siècles.

Au XIIIe siècle, la Maison de Foix, inféodée au roi d’Angleterre, possédait la seigneurie de Saint-Laurent. Et quand Bordeaux, en 1451, capitule devant le roi de France, le Comte Jean de Foix et son fidèle écuyer Carnet, refusent de se soumettre.
Leur fidélité au roi d’Angleterre leur vaudra de multiples avatars, ponctués d’épisodes guerriers. C’est ainsi que le Château doit son nom à l’écuyer Carnet qui le reçoit en héritage du seigneur Jean de Foix en récompense de sa bravoure.

Pour rendre hommage à cette période et perpétuer la mémoire du lieu j’ai décidé de faire l’acquisition de deux armures exceptionnellement conservées datant chacune du XVIème siècle, et plus précisément de l’année 1550 (armure en acier) et 1558 (armure noire). Ces deux armures dont les chevaliers qui les ont portées ont vécu sous le règne d’Henri II, vous accueilleront dans le grand salon du Château.

L’armure noire à collerette  est composée notamment d’un casque Morion. Le Morion ou Morrion, qui fut très employé en Espagne, France, Italie et Allemagne est un casque léger dont le bord et la crête décrivent deux croissants opposés. L’usage dans toute l’Europe occidentale de l’époque vient des Espagnols qui l’avaient probablement emprunté aux Maures. Il fut rendu célèbre durant la Renaissance notamment par les conquistadores. Aujourd’hui il est encore porté par les gardes suisses du Vatican.

L’autre armure est quant à elle caractérisée par un casque portant un Mézail, également nommé ventaille, carnet (un pur hasard !) ou viaire qui est la partie mobile qui se rabat sur le visage à l’avant.

Dans ce sillage qualitatif, j’ai entrepris un programme de restauration et de rénovation du domaine. Les visiteurs du Château pourront découvrir ces armures ainsi que des manuscrits de Michel de Montaigne et bien d’autres objets datant de l’époque médiévale du domaine.

Le vignoble de La Tour Carnet est situé quelques km à l’Est de Saint-Laurent du Médoc en direction de Beychevelle. L’âge moyen des vignes est de 30 ans et la densité de plantation de 8 à 10.000 pieds/ha. La culture est traditionnelle en faisant appel aux principes de la culture raisonnée.

Le domaine produit le grand vin en rouge et en blanc et, en rouge, un second vin "Les Douves Château La Tour Carnet" en hommage aux Douves qui entourent la bâtisse médiévale.

Il s’agit de hisser La Tour Carnet, d’une superficie totale de 140 hectares pour 126 hectares de vignes, non seulement au niveau d’excellence reconnu aux grandes heures de ses huit siècles d’existence, mais aussi d’exalter l’un des terroirs les plus originaux du Médoc par toute les connaissances et techniques d’aujourd’hui.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art du vin
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire