Le Carnet

La butte de La Tour Carnet : un terroir d'exception

butte-La-Tour-CarnetSur la route de Saint-Julien et Beychevelle, s’élève, majestueux, le Château La Tour Carnet, perché sur les plus beaux coteaux du Médoc.
Cette ancienne forteresse médiévale, à la tour ronde typique datant de 1112 fut notamment la propriété de la famille de Michel de Montaigne au début du XVIIème siècle (1602).
Le Château La Tour Carnet, grand cru classé en 1855 - Haut Médoc, en plus d’être remarquable du point de vue architectural l’est aussi par son terroir, l’un des terroirs les plus originaux du Médoc.
Un terroir à l’évidence particulièrement propice à la culture de la vigne, qui permit au château La Tour Carnet, d’être à un niveau d’excellence reconnu aux grandes heures de ses huit siècles d’existence.


Une curiosité géologique
En effet, le vignoble est situé sur un excellent terroir culminant à 19 mètres d'altitude, un domaine exceptionnel et unique dans cette région du Haut Médoc, et qui porte le nom de «la butte de La Tour Carnet».

Cette «butte», véritable curiosité géologique sur laquelle les spécialistes s’interrogent encore aujourd’hui, occupe la partie ouest du domaine.

Sa structure géologique (une croupe de calcaire à astéries dont les versants sont recouverts d’argiles sannoisiennes*) présente une singularité qui contribue autant à l’originalité du paysage qu’à la spécificité organoleptique de sa production.
Les nombreuses expérimentations menées sans relâche depuis de nombreuses années ont permis d’optimiser les vertus de cette «butte» en lui affectant les cépages les mieux adaptés.
Ce sol est donc particulièrement propice aux cépages suivant :
- Le merlot, qui apprécie particulièrement la fraîcheur de ce terroir argileux, qui confère au vin sa souplesse et son élégance
- Le cabernet sauvignon, qui donne au Château La Tour Carnet son ossature, son ampleur et assure ainsi son potentiel de garde à qui il confère ampleur et puissance
- Le cabernet franc, qui se distingue lui par sa finesse et son intensité aromatique, à travers des notes de fruits rouges, d’épices et de réglisse.

Ainsi, l’encépagement de cette « butte » est aujourd’hui le suivant :
- 72 % de Merlot,
- 15 % de Cabernet Sauvignon,
- 13 % de Cabernet Franc.

*Le nom de sannoisien a été donné à un sous étage de l'Oligocène (ère tertiaire), situé entre -37 et -30 millions d'années.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art du vin
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire