Le Carnet

Il y a 10 ans je faisais l’acquisition de mes premiers vignobles à l’étranger

L’acquisition de ces vignobles aux quatre coins du globe (Argentine, chili, Uruguay, Etats-Unis, Espagne, Portugal, Maroc, Japon) est le résultat d’un constat simple mais pour l’époque très ambitieux.
Il y a dix ou quinze ans, le consommateur était attaché à un seul vin, toujours le même. Il ne variait pas ou peu. Aujourd'hui, il se lance à la découverte de nouvelles sensations. Je me devais de répondre à cette envie.
Pour ce faire, je suis parti à la recherche de terroirs exceptionnels, comme de nouvelles pièces à une collection, de véritables pépites sur 10 à 20 hectares tout au plus... et d'atteindre la meilleure qualité possible.

Prenons l’exemple de mon vignoble au Portugal, implanté dans le décor majestueux du Haut Douro, surplombant la rivière Tua qui vient se jeter dans le fleuve Douro, dont le nom signifie « en or ». Les galets arrachés par le fleuve impétueux contenaient effectivement ces précieuses pépites. Le terroir schisteux, s’étendant sur des coteaux escarpés, s’est révélé impropre à de nombreuses cultures mais tout à fait favorable à la culture de la vigne.
Sur ce terroir d’exception, la vigne est conduite de manière à limiter le rendement et à produire des raisins parfaitement sains et mûrs : on y effectue des opérations d’ébourgeonnage, d’effeuillage et d’éclaircissage. La récolte est manuelle suivie d’un tri sur table. La vinification est faite par pigeages en cuves bois. L’écoulage est fait par gravité en barriques neuves. Le vin y est élevé pendant 18 mois.
Ce vin je le trouve vraiment exceptionnel, j’espère qu’il vous donnera comme à moi de belles émotions.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art du vin
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire