Le Carnet

Cécile Daquin : de toutes ses forces.

Cécile Daquin est une femme de défi. C'est pourquoi, pour la troisième fois consécutive, elle a terminé "la Diagonale des Fous" en octobre dernier. A cette occasion, nous l'avons interviewée pour avoir son retour, son ressenti et connaître ses prochains défis pour l'année 2016.

Ne jamais renoncer semble être une devise de famille. Cette capacité de dépassement tellement indispensable et admirable sur ce type d'aventure n'est il pas aussi une force puisée dans l'ADN de l'entreprise ?

Les ultras trails m'aprennent à me reconnaître moi même, à réaliser que lorsque le défi est difficile, je ne lâche pas. Je ne lâche pas non plus dans ma vie professionnelle. Mais lorsque je porte un dossard, je ne le fais que pour moi. 

Est ce pour être certaine de rester un bon chef d'entreprise que vous vous imposez, presque infligez cette rigueur dans l'entrainement jusqu'à l'épuisement, et parfois, la blessure ?

Vous allez être surpris ! Aujourd'hui, je ne cours quasiment plus la semaine car je n'ai plus le temps, cela reste exceptionnel si c'est le cas. Par contre le week end, je descends au Pays Basque pour rejoindre des amis passionnés de trails et je m'impose au minimum, 30 à 40km d'entrainement. En définitive, on peut dire qu'à l'instar de la vigne qui est encore plus forte dans la rudesse de son sol, j'ai besoin d'une activité exigente qui me permette de décompresser, me changer les idées et me déconnecter. Tout ceci afin d'être encore plus efficace au travail.

Être capable de passer 55 heures sans dormir, c'est presque une hérésie pour une femme qui dirige un des plus beaux havres de sommeil du monde avec La Grande Maison ? Peut on vraiment passer 55 heures à courir sans dormir ?

En 2012, lors de la Diagonale des Fous, sur 47h d'épreuves, j'ai dû dormir 20 minutes. La difficulté réside dans le fait que ce n'est pas quelque chose que vous pouvez travailler, même si avec le temps je le gère beaucoup mieux. Quand la nuit tombe, pour ne pas m'endormir, je bois tu thé et du café pour repousser au maximum le sommeil, l'envie de dormir. Il n'y a pas vraiment de techniques pour remédier à ça mais disons que lorsqu'on a sommeil, il faut dormir et ne pas lutter. 

Quels sont vos prochains défis pour l'année 2016 ?

Pour moi, il y a 3 grands défis : trois étoiles pour le restaurant de Joël Robuchon de la Grande Maison de Bernard Magrez, l'acquisition d'un 5ème Grand Cru Classé et le dernier défi, qui est d'ordre sportif, sera le Transpyrenea qui relie Banyuls à Hendaye. Seize jours et demi de trail, soit 400 heures et 898km à parcourir.  Pour des questions de sécurité, il nous est recommandé de le faire en équipe, je compte le faire en équipe de deux. Après cela, j'enchaînerai de nouveau sur la Diagonale des Fous !

Cette entrée a été publiée dans #L'Art du vin
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire