Le Carnet

L'Amour du Médoc par La Boétie

La Boétie (1530 – 1563)

 

"Ce aujourd’hui du Soleil la chaleur altérée

A jauni le long poil de la belle Cérès :

Ores il se retire ; et nous gagnons le frais,

Ma Marguerite et moi, de la douce soirée,

 

Nous traçons dans les bois quelque voie égarée :

Amour marche devant, et nous marchons après.

Si le vert ne nous plaît des épaisses forêts,

Nous descendons pour voir la couleur de la prée ;

 

Nous vivons francs d'émoi, et n'avons point souci

Des Rois, ni de la cour, ni des villes aussi.

Ô Médoc, mon pays solitaire et sauvage,

 

Il n'est point de pays plus plaisant à mes yeux :

Tu es au bout du monde, et je t'en aime mieux ;

Nous savons après tout, les malheurs de notre âge."

 

Etienne de La Boétie

 

Cette belle poésie écrite par l’ami de Montaigne est une véritable déclaration de La Boétie pour le Médox « solitaire et sauvage ». Sous la plume de La Boétie, le Médoc devient un havre de paix et de quiétude, heureusement éloigné des tourments de la politique et des artifices de la vie mondaine. Un refuge heureux où oublier ou relativiser les infortunes de l’époque.

Ce sonnet est également un hymne à l’amour, c’est grâce à l’amour que La Boétie découvre le Médoc et dans le cadre de son « séjour médoquin » que son amour pour la belle Margueritte s’épanouit. Marguerite de Carle appartenait à une grande famille bordelaise sensible à l’humanisme de la Renaissance. C’est une femme cultivée et passionnée de littérature. Elle épousa en seconde noce Etienne de La Boétie qui vient de s’installer à Bordeaux où il est admis conseiller au Parlement. Marguerite est un beau parti ; grâce à ekke La Boétie entre dans le milieu des élites bordelaises les plus influentes. Mais, au-delà de ces considérations sociales et politiques, le poème témoigne de la ferveur amoureuse du jeune parlementaire pour celle qu’il nommera dans son testament « sa bien aymée femme ».

C’est en Médoc que La Boétie finira ses jours où il était parti se reposer dans les domaines de Marguerite. C’est entouré de sa belle qu’il expira son dernier souffle le 18 août 1563.

Etienne de La Boétie à séjourner plusieurs fois au Château La Tour Carnet. Dans le Château vous pourrez admirer certaines de ces oeuvres littéraires originales, et vivre dans une ambiance mediévale. Nous avons consacré 2 chambres qui portent les noms de "La Boétie et Michel de Montaigne" pour être plongé dans le temps.

  

Photo du haut : Chambre "Michel de Montaigne" à La Tour Carnet

Photo du bas : Chambre "La Boétie" à La Tour Carnet

 

Cette entrée a été publiée dans #L'Art de recevoir à la Française
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire