Le Carnet

Un olivier au Château Pape Clément

Aujourd’hui, que le mois de Mars a débuté et avec lui le printemps, laissez-moi vous raconter l’histoire de mon olivier.

Il est costaud mon olivier !

Tout cet hiver en allant dans mon bureau emmitouflé dans un gros pull, j’ai souffert pour mon olivier.
C’est qu’un hiver comme celui-là, il n’a pas dû en connaitre beaucoup lui qui est né il y a 1061 ans sur les terres catalanes, dans la région de Priorat, là où est produite ma cuvée d’exception Herencia del Padri.

olivier du château Pape Clément

« A 100 ans, un olivier est un jeune homme »

Si vous venez me voir au château Pape Clément, vous assisterez à la reprise de la végétation de mon olivier (apparition de nouvelles feuilles de couleur claires), mais dépêchez –vous car cette phase végétative ne dure que 20 à 25 jours.
Assister à « l’éclosion » de ces jeunes pousses, m’a vraiment soulagé, car même si les oliviers sont symboles de vie et de longévité, j’ai eu un peu peur que son histoire s’arrête cet hiver, sous l'effet du gel, et de l'humidité du sol.

Deux témoins de notre Histoire réunis sur la même terre.

Cet arbre mythique qui a traversé les époques, du Moyen-Âge au siècle des Lumières en passant par la Renaissance, vient rejoindre dans le parc du Château un autre fleuron de l’Histoire, un Cèdre du Liban qui fut planté par les Républicains au lendemain de la Révolution Française en 1790 lorsque ces derniers prirent possession du Château Pape Clément dont le propriétaire était l’Archevêché de Bordeaux.

Retrouvez toutes les photos de l'arrivée de l'olivier sur mon compte Flickr

Cette entrée a été publiée dans #L'Art de partager
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire