Le Carnet

St. Emilion rime avec Violon

Le Château Fombrauge (en sa qualité de mécène) vient en effet d’acquérir l’un de ces violons créés par l’immense luthier Antonio Stradivari (1644-1737).

Ce violon, fait partie intégrante de l’action de mécénat que je souhaite mener au Château fombrauge - Grand Cru de St. Emilion - en donnant du temps et des moyens à des artistes de talent pour accompagner leurs projets de production d’œuvres originales.

Mon leitmotiv, la recherche de l’excellence, c’est pourquoi je ne me suis pas précipité, avant d’acquérir un tel instrument je me suis documenté, j’ai beaucoup lu sur la vie d’Antonio Stradivari.

Toutes ces lectures m’ont été bénéfiques, sans ça je n’aurais rien su sur « l’âge d’or » des stradivarius, les matériaux utilisés (bois d’érable, …), leurs conceptions, ...
Mais plus important, je n’aurai rien su, sur leur sonorité !

Il fallait que la sonorité soit la plus pure possible, j’ai pu lire dans quelques livres que cette sonorité était le fait du vernis. Mais une récente étude allemande montre le contraire et affirme qu’elle est bien le fait du bois et non du vernis.

C’est pourquoi avant de l’acheter j’ai pris le temps de l’écouter, d’entendre cette sonorité si particulière, si profonde, que Schmitt, un des plus grands luthiers au monde, la qualifie de supérieure à l’instrument détenu par le Bolchoï.

Désormais, à chaque écoute, c’est un sentiment nouveau, une joie, que je souhaite faire partager au plus grand nombre.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art de partager
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire