Le Carnet

Si l’on parlait de Street Art ?

JR au château Labottiere

Crédit photo : JR

Longtemps, j’ai cru que cet art n'en était pas vraiment un. Quelle erreur de ma part...

Je me suis mis à rencontrer à la fois ceux qui font des graffitis sur les murs, sur les wagons mais aussi ceux qui officient sur d'autres supports. C’est vrai, certains ne se montrent pas capables d’expliquer ce qu’ils réalisent, d’autres savent l’exprimer, leurs révoltes, leurs bonheurs, leurs violences, leurs amours. Oui, une grande partie du Street Art est l’œuvre de vrais artistes, artistes conceptuels, artistes figuratifs. J’ai commencé une collection de ce type d’œuvres, je me suis fait expliquer les racines des œuvres en question. J’ai rencontré des êtres de la même sensibilité que ceux que je rencontre d’habitude dans d’autres disciplines artistiques.

A l’institut que j’ai créé, je vais demander à 3 ou 4 artistes de Street Art de réaliser une œuvre sur un même thème : « La difficulté de vivre » ou, encore plus délicat « Pourquoi vivre ». Je vous en reparlerai.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art de partager
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire