Le Carnet

Dernière séance

Dernièrement je suis allé au cinéma voir tu seras mon fils avec Niels Arestrup et Loran Deutsch.
Sur le chemin menant au cinéma, je pensais au poème de Rudyard Kipling  « if » traduit en 1918 par André Maurois, le titre n’y est certainement pas étranger.
Et bien j’ai adoré !

En quelques mots, l’action se situe, au cœur des vignes de Saint Emilion, dans l’un de ces petits châteaux qui semblent tous veiller jalousement sur leur cépage. Grand seigneur sûr de lui et dominateur, Paul de Marseul y règne en maitre, couvant ses grappes avec plus d’amour qu’il n’en a jamais prodigué à son fils unique Martin, en lequel il ne se reconnaît pas.

Dans le synopsis que j’ai lu avant la séance (Oui je lis les synopsis) j’ai vu que l’action se déroulait à Saint Emilion.
Je me suis dit, tiens avec un peu de chance je vais voir le Château Fombrauge.
Ce que le synopsis ne disait pas c’est le film avait été tourné dans les chais, cuviers, vignes du Clos Fourtet, soit à un peu plus de 4km du Château Fombrauge.

Donc pas de Château Fombrauge et une once de déception !
Une déception qui disparait bien vite tant le film est brillant.
Quel  plaisir d’avoir vu un film qui exprime avec brio la relation entre l'enfant et le parent, qui met en avant les valeurs, les sentiments, les appartenances d’un homme envers sa vigne, le travail de toute sa vie au détriment de son propre fils.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art de partager
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire