Le Carnet

Château Fombrauge et moi

Stradivarius est un nom de légende, celui du luthier le plus célèbre de l’histoire. Alors pour un violoniste jouer un violon de Stradivarius c’est jouer l’un des instruments les plus prestigieux qui soit.

Mais quand on est violoniste, si prestige il y a à jouer un Stradivarius, ce qui importe vraiment c’est le son que l’on pourra tirer de l’instrument, alors que dire de « Château Fombrauge »*… une sonorité pleine, chaude, équilibrée, magnifique.

« Château Fombrauge » et moi ce sont deux destins qui se sont croisés à un moment, le bon moment. Je peux dire qu’il fait partie intégrante de moi de ma vie, et ce depuis le premier jour où je l’ai eu dans les mains. Il est celui qui me permet de m’exprimer pleinement, comme jamais dans mon art. Certes ce n’est pas lui qui fait la technique, la virtuosité, ni même la musique mais par sa sonorité exceptionnelle il m’ouvre des portes insoupçonnées, magiques et me permet d’aller fouiller dans les recoins les plus perdus de mon âme sans détours ou compromis.

Chaque jour nous apprenons à nous apprivoiser… Ce Stradivarius est un violon de caractère, et l’on dit que j’ai ma personnalité aussi… mais comme pour deux personnes lors d’une rencontre inoubliable, de celles que l’on ne connait que rarement dans une vie (et parfois jamais), une alchimie c’est produite immédiatement, à la seconde précise ou j’ai joué ce violon pour la première fois…J’avais eu un autre Stradivarius dans le passé… Mais jouer avec Château Fombrauge dépasse, surpasse tout ce que j’ai pu connaitre ou vivre avec un instrument. Une rencontre comme une évidence.

Matthieu Arama

*Antonio Stradivari souhaitant que le nouvel acquéreur d’un de ses violons lui choisisse un prénom, Bernard Magrez propriétaire du violon et du Château Fombrauge Saint-Emilion Grand Cru a voulu lui donner ce prénom.

Cette entrée a été publiée dans #L'Art de partager
Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Ajouter un commentaire