The Journal

Toro, Terre des Vins

La culture des vignobles dans la région du Toro date d'avant la domination romaine, C'est grâce aux vestiges ainsi que les restes archéologiques retrouvés dans la région que cela a pu être établi. Sa réputation croît au Moyen Age, pendant les XIIe et XIIIe siècles, puisque des privilèges royaux sont attribués aux vins de Toro. Il est présumé également qu'il s'agissait de vins qui ont traversé l'Atlantique à bord des navires de Christophe Colomb lors de la découverte des Amériques. De plus, la région fut parmi celles qui ont procuré la France en vin lorsqu'elle a été touchée par l'épidémie de phylloxéra au commencement du XXe siècle dernier.

La DO Toro doit son nom à une ville de province, Toro, située en Castille, non loin de la frontière portugaise. Sur les 62'000 hectares que compte l'appellation Toro, seuls 5'800 sont encépagés.

L'appellation Toro est certainement la plus prometteuse des nouvelles régions espagnoles productrices de vin. La région n'a acquis son statut de DO qu'en 1987. En 1998, elle ne comptait encore que neuf domaines en activité. La demande croissante en tempranillo dense et plein en bouche a en effet attiré de nouveaux producteurs dans la région. 

Les vins caractéristiques de l'appellation Toro déploient en bouche une matière pleine, vigoureuse et chaleureuse, qui s'appuie sur des tanins robustes et un fruit juteux. De nombreux vins sont vinifiés en monocépage de tempranillo, que l'on appelle ici également tinta de toro.

C'est pour la qualité exceptionnelle de son terroir que Bernard magrez a décidé d'y acquérir un domaine afin d'y produire 2 vins : Confianza et Paciencia.

 

 

This article is published in the section #L'Art du vin
Use the permalink to add to your favorite

Leave a comment

Add new comment